LinkedIn Link to LinkedIn Twitter Link to Twitter

Site multilingue et référencement naturel (SEO)

Mis à jour le 09/08/2022 | Publié le 22/02/2022 | 0 commentaires

Conception de site webSEOTechniqueMultilingue

Aujourd’hui, les sites web ont révolutionné la manière dont les personnes interagissent avec le monde. Des propriétaires de sites web avec des envies d’obtenir plus visibilité dans leurs villes se voient apparaître du jour au lendemain des commandes dans le pays entier, parfois de pays différents. Ça donne envie, et ils ont raison.

Cependant, la mise en place d’un site multilingue sur un site déjà créé ou non est quelque chose de complexe. L’idéal étant de faire appel à un consultant SEO pour éviter tout problème. Cependant, nous allons quand même parcourir le sujet dans cet article.

Voici les principales questions que vous devriez vous poser si tel n’est pas le cas :

  • Quel CMS est le meilleur ?
  • Comment effectuer une traduction pour les utilisateurs et pour le référencement (SEO) ?
  • Les domaines, sous-domaines ou sous-dossiers séparés, lesquels sont meilleurs pour le référencement ? Quelle doit être l’extension du nom de domaine ? mon-site.com ?

Cibler les bons pays

Les présomptions c’est bien pour l’imagination, mais je ne travaille pas de cette manière, et vous ne devriez pas non plus.

Plutôt que de simplement spéculer sur les meilleurs pays, vous devriez déterminer les plus profitables, pour éviter de cibler tout le monde et de ne pas réussir à suivre la cadence.

Un moyen assez rapide et simple, est d’évaluer le volume de recherche d’un mot-clé relatif à votre domaine, et la concurrence qui va avec. Le principal étant le volume de recherche.

Lorsque vous recherchez un mot-clé avec un outil tel que Semrush vous devez vérifier si :

  • le mot-clé est identique dans une autre langue, comme l’anglais. Dans ce cas-là le volume total correspond à un volume de recherche relatif à des pays qui cherchent ce terme anglais.
  • votre mot-clé correspond uniquement à la langue française, le volume de recherche total correspond au mot-clé français tapé dans d’autre pays, probablement par des français qui y habitent.

Prenons « hreflang », il y a plus de 10K de visites mensuelles, ce mot-clé en l’occurrence est utilisé partout dans le monde :

Analyse de mot-clé pour un site multilingue

Ici, vous devriez cibler les pays suivants : États-Unis – Allemagne – Royaume-Uni – France et éventuellement l’Espagne.

Pourquoi je ne précise pas l’Inde ? C’est le point 2 à considérer. Rien ne vous empêche de cibler l’Inde, seulement, cela dépend du pourquoi et du comment vous souhaitez cibler le mot-clé. Si votre stratégie de contenu est dédiée à la conversion, il est nécessaire de prendre en compte le pouvoir d’achat d’un pays. Étant donné qu’il vaut mieux se concentrer sur le moins de pays possibles, peut-être ne faudrait-il pas considérer l’Inde. À vous de voir.

La difficulté du mot-clé, est en fonction du pays spécifique que vous avez sélectionné en premier lieu. Ici c’est la France. Ainsi, si vous souhaitez constater la difficulté du mot-clé pour d’autres pays, répéter la recherche en spécifiant le pays concerné.

Après avoir fait cela pour le plus de mots-clés possibles, vous pourrez ainsi déterminer les pays que vous devez, pouvez cibler.

Un autre outil utile pour établir la force du marché cible est Google Trends , il permet de voir si l'intérêt pour un sujet ou un mot clé particulier augmente ou diminue tout en filtrant les résultats par pays.

Note : certains mots-clés peuvent vous indiquer des « données fausses ». Par exemple « leads » se dit très bien en français et en anglais mais pourrait n’avoir aucun trafic pour les Québecois, tout simplement parce qu’ils utilisent le terme « pistes de vente ». Et cela peut valoir pour tous les pays qui ont leurs spécificités. Un mot traduit ne suffit pas, ils peuvent utiliser un synonyme de celui-ci dans le langage courant, ou utiliser un mot totalement différent. Vous passez alors potentiellement à côté d’un trafic exceptionnel.

Quel CMS choisir pour un site multilingue ?

Les CMS les plus populaires sont ceux qui vous permettront généralement plus facilement d’avoir un site multilingue, assez facilement. À condition de ne pas avoir écouté les « tops créateurs de site » qui proposent Wix.

Ainsi, les CMS tels que WordPress, Drupal, Magento, Shopify, Webflow sont tous très bien.

Un mythe persiste quant à l’utilisation de CMS. En réalité, il est toujours mieux d’utiliser des CMS que de développer un site à la main ou de créer un CMS « maison » pour des raisons que je n’évoquerai pas ici. Sachez simplement que le site de la Maison Blanche utilise WordPress alors qu’ils n’ont même pas besoin de gérer des milliers de pages dans plusieurs langues. Ce n’est pas pour rien. Pensez-y.

Si votre site n’est pas compatible pour le référencement multilingue, il faudra reconstruire.

Sous-domaines, extension de nom de domaine, sous-dossiers …

Chaque option a des bénéfices et des inconvénients par rapport aux autres.

Voici les structures possibles différentes :

Domaines séparés pour chaque pays

  • google.fr
  • google.de
  • google.co.uk

Sous-dossiers

Sous-domaines séparés

  • fr-fr.facebook.com
  • en-gb.facebook.com
  • de-de.facebook.com

Pages séparées / URL filtrées

  • youtube.com
  • youtube.com/?hl=fr&gl=FR
  • youtube.com/?gl=DE&hl=de

Nous pouvons traiter le sujet en long en large et en travers. La meilleure utilisation est les sous dossiers, c’est-à-dire : https://site.com/fr/page/.

Effectivement, Google détecte les sous-domaines « fr.site.com » comme différents sites web, ainsi l’autorité de chaque site devra être recommencée pour chaque langue. Autrement dit, vos efforts de référencement devront se refaire à chaque fois. Même chose si vous choisissez une extension de nom de domaine spécifique au pays (google.fr / google.com / …). Pour ce qui est des URL paramétrées, pour simplifier, disons que ce n’est pas bon pour les robots d’exploration qui indexent le web.

Comment traduire son site web pour le SEO ?

Google traduction, c’est bien mais ce n’est pas idéal. En fait, cela pourrait même être vu comme du spam pour les moteurs de recherche. Et c’est sans compter l’expérience utilisateur qui sera médiocre. Si vous souhaitez entrer en concurrence avec d’autres pays, demandez l’aide de traducteurs professionnels.

Prenez également en compte les différences culturelles. Il peut y avoir un fossé avec ce que vous pouvez imaginer. Vouvoyez en Espagne et vous vous ferez cribler.

Des faux amis de mots-clés sont très communs également. C’est pourquoi, il est préférable de faire appel à des personnes, si possible référenceurs qui habitent dans le pays concerné et pas seulement un bilingue / traducteur.

Côté SEO technique, il faudra mettre en place des attributs HTML appelés hreflang. Nous avons créé un article entièrement détaillé pour les mettre en place (correctement).

Conseils & astuces

Pour réussir un site multilingue, il est essentiel de :

  • Cibler des mots-clés avec un volume de recherche suffisant pour que cela en vaille la peine.
  • Utiliser un CMS pour produire efficacement, avec une structure de site web qui permette à Google d'indexer facilement tout le contenu de votre site. Idéalement WordPress.
  • Ne pas se jeter sur les traductions de mot, faites appel à une personne qui connaît bien le pays en question. Si vous souhaitez en savoir plus, Nicolas Audemar en parle très bien.
  • Mener une campagne internationale de création de liens (de qualité)

C'est tout le secret d'un bon référencement multilingue, qui aidera votre entreprise à atteindre un public plus large.

Si vous avez des questions, des commentaires ou des conseils SEO multilingues que vous souhaitez partager, les commentaires sont fait pour cela !

Auteur

Stan De Jesus Oliveira
Propriétaire et fondateur de createur2site

Stan De Jesus Oliveira est le propriétaire de createur2site, il accompagne les entreprises dans leur création de site web, le Web Design et le référencement naturel SEO.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.