LinkedIn Link to LinkedIn Twitter Link to Twitter

Le no-code / low-code

0 commentaires

Vous vous rappelez de DreamWeaver pour créer un site internet ? Les outils dits no-code existent depuis bien longtemps et font désormais partie intégrante du web tels que l’est l’outil no-code WordPress. Ces outils s’améliorent de plus en plus pour le bien de tous, programmeurs ou non. Effectivement créer du code et ajouter des lignes de code dans un programme a toujours été dans le but d’automatiser des tâches pour éviter de le faire bêtement à la main encore et encore. Le no-code est un accomplissement d’automatisation concentrée qui permet de réaliser des tâches bien plus rapidement sans avoir à réécrire chaque fois les mêmes lignes de code mais plutôt de cliquer simplement sur un élément permettant de la générer.

Définition du no-code

Le no-code permet aux développeurs et aux non-développeurs de créer des applications via des interfaces utilisateur graphiques (GUI) sans écrire de lignes de code. Le no-code fait référence à l’utilisation de la personne, mais il y a bien du code qui se créé lorsque l’outil est manipulé. Il suffit alors de cliquer ou de glisser-déposer des éléments sur l’interface pour créer du code automatiquement et tout cela visuellement.

Définition du low-code

Le low-code désigne les logiciels qui peuvent à la fois coupler le no-code et le code. C’est à dire que vous pouvez à la fois utiliser une interface graphique créant du code automatiquement en fonction de vos manipulations, mais que vous pouvez également écrire du code manuellement. D’ailleurs la plupart des logiciels dits no-code sont en réalité low-code, c’est un abus de langage. À titre de comparaison, on pourrait dire que Wix est un outil de création de site no-code et WordPress serait un outil low-code. En français, traduire low-code donnerait « faible code », tout simplement.

L’intérêt du no-code / low-code

L’intérêt du no-code, ou plutôt du low-code, c’est d’ouvrir la possibilité à n’importe quelle personne de réaliser des tâches complexes sans le besoin de savoir programmer. En réalité, bien plus de développeurs utilisent ces outils que les néophytes. Pourquoi ? Parce qu’ils permettent de gagner un temps phénoménal comme pour la création d’un site internet. Codeur expérimenté ou non, en utilisant un outil tel que Webflow et en exportant le code, vous multipliez par 20 au minimum la moindre tâche et tout ça en recevant un code propre (en tout cas avec ce logiciel).

La rapidité et la « simplicité » sont d’ailleurs une problématique fondamentale pour les développeurs. C’est pourquoi il existe une multitude de bibliothèques, ou de framework, de
langages de programmation. Jquery permet de faire du JavaScript en écrivant moins de lignes de code tout en faisant plus. Même chose pour Laravel, un framework PHP ou Bootstrap un Framework CSS. Vous avez compris l’idée. Les logiciels low-code suivent le même principe en allant encore plus loin. L’utilisation d’une interface graphique est un gain de temps considérable pour réaliser des tâches et cela n’empêche en aucun cas de programmer son code soi-même si cela est nécessaire.

Ce qu’il faut penser du no-code

Comme vous le savez certainement, beaucoup critiquent et jugent ceux qui utilisent des outils no-code. Aujourd’hui, les outils no-code ou low-code côté back end pour la création de site s'accompagnent de compromis certes, mais n’est jamais très pénalisant non plus. Plus révélateur, les outils comme Webflow ne sont pas du tout contraignants coté front end pour n’importe quel site. À titre d’exemple, de grandes entreprises utilisent Salesforce et Zapier pour rechercher des prospects alors qu’elles disposent d'équipes d'ingénieurs capables de construire tout ce qu'elles imaginent. Ils choisissent d'utiliser des outils « no-code » car c'est plus rapide à faire et plus facile à entretenir. Nous percevons toujours les choses difficiles à faire comme étant meilleures. Parfois, c'est vrai. Mais à mesure que ces outils sans code avancent, il est idiot de le faire à l'ancienne. L'infrastructure d'hébergement a déjà subi cette transformation. Nous avons maintenant AWS, Google Cloud et d'autres solutions pour faciliter nos tâches côté hébergement. Même les ingénieurs dev ops les plus expérimentés et les plus talentueux utilisent leurs services. Il serait insensé de leur faire passer du temps à créer leurs propres serveurs. Cela coûterait extrêmement cher, ce serait extrêmement long et ce ne serait pas meilleur en termes de performances.

Les risques du no-code

Si les outils no-code permettent que n’importe puisse s’y aventurer en apparence, la majorité ne parvient pas à créer de projet stable tout simplement parce que rapidité n’est pas toujours synonyme de simplicité. Par exemple, si Webflow est le , il faut apprendre à le maîtriser et la connaissance des langages de programmation basiques comme l’HTML et le CSS est un gros plus. Sans compter que pour créer une page efficace, il faudra également disposer de connaissances en UI / UX et donc en webdesign.

Note : De plus en plus d’entreprises recherchent des experts en no-code.

Les meilleurs outils « no code »

Il existe de nombreux outils no-code aujourd’hui allant du très connu comme WordPress à d’autres moins connus mais très puissants. Au sein d’une société, leur utilisation permet de limiter les coûts et le temps de production pour de meilleurs résultats. Dans la sphère anglo-saxonne la plupart de ces outils sont très connus et énormément utilisés. Voici les 5 meilleurs outils no-code les plus puissants et les plus intéressants :

Webflow

Vue sur l'éditeur en ligne Webflow pour créer son site
Principalement dédié aux professionnels du webdesign, Webflow révolutionne la façon de créer des sites internet côté front mais aussi back. Il est possible de créer des sites vitrines, des blogs ou des sites e-commerce sans nécessairement écrire des lignes de code, mais simplement en utilisant une interface graphique complète et complexe. Webflow est un outil SaaS, l’hébergement(excellent) d’un site Webflow est donc entièrement géré, bien qu’il soit possible d’exporter le code de Webflow et de l’utiliser dans différents autres cas de figure. C’est un outil low-code incontournable pour les professionnels du web. Il reste tout de même un outil en ligne qui permet de créer son site facilement sans coder et donc accessible pour les débutants persévérants.

Airtable

Airtable, outil no-code / low-code
Airtable est un outil collaboratif capable de développer rapidement de petites applications comme pour de la gestion relation client. Son serveur de données permet par exemple de créer un catalogue de produits, une base de clients, ou encore un tableau de suivi des paiements. Ressemblant à un tableur classique, il permet d’aller plus loin en y créant une base de données (tableur - base de données). Airtable est donc comparable aux logiciels comme Excel de Microsoft mais en beaucoup plus puissant.

Figma

Figma est un outil collaboratif permettant de créer à peu près n’importe quel visuel. Particulièrement utilisé pour le design de site ou d’application mobile, il est possible d’extraire son visuel en code (HTML, CSS, React, ...) ou encore directement en une application web en le couplant avec Bravo. Figma dispose d’énormément de plugins comme WordPress et peut faire à peu près tout ce que vous voudrez faire.

Bubble.io

Bubble fonctionne de la même manière que les CMS comme Wix, Webflow, Shopify ou autres à la différence que celui-ci permet de créer des applications web. C’est à dire qu’en utilisant de simples clics ou de glisser-déposer, il est possible de créer une application à part entière. Non seulement aucune ligne de code n’est requise, mais en plus il s’occupe de l’hébergement et de tout ce qu’il vous faut pour une application autogérée.

Il existe également des outils no-code comme Glide, Adalo ou encore Bravo pour créer des applications mobiles.

Zapier

Zapier est un outil permettant de faire de l’automatisation pour à peu près tout et n’importe quoi. Par exemple, il est possible d’importer un fichier Google Sheets pour créer un article sur Webflow automatiquement grâce à Zapier. Mais peut-être souhaiteriez-vous automatiser la publication de vos réseaux sociaux lorsque vous publiez un article sur votre blog ? Il est possible de faire des choses encore plus complexes avec Zapier, le principe est de créer des automatisations sans coder et pour à peu près tout ce que vous voulez.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *