LinkedIn Link to LinkedIn Twitter Link to Twitter

Transition Rank

Publié le 06/08/2022 | 0 commentaires

Conception de site webSEOGoogleAlgorithmesTransition Rank

 L’algorithme du transition rank est plutôt méconnu, pourtant il a été développé dans l’unique but de piéger les référenceurs SEO un peu trop bourrins. Un algorithme qui doit donc être impérativement connu par n’importe quel référenceur.

Brevet de Google sur le Transition to Rank

Ce brevet décrit un algorithme que tout référenceur SEO doit connaître puisqu’il a un impact énorme sur la gestion de l’analyse des suivis de positions que l’on fait après les optimisations.

Cet algo est du social engineering, le moteur a une réaction contre les spammeurs et les référenceurs SEO « agressifs ». A-t-il un comportement légitime ou essaie-t-il de manipuler les classements ?

Voici comment ça marche :

Le fonctionnement de l'algorithme du Transition to Rank sous forme d'un organigramme

(image directement sortie du brevet)

Imaginons que vous êtes positionné sur Google, disons en position 4. Vous avez fait des modifications pour monter davantage, vous avez amélioré le contenu en ajoutant des mots-clés, en ciblant mieux l’intention de recherche, etc. Suite à ça, votre page mérite un meilleur classement car effectivement votre page web qui est en train d’être analysée est désormais meilleure qu’avant. Disons que les algorithmes voient que votre position devrait être revue à la première place. C’est là que le transition rank entre en scène. Que fait-il ? Au lieu d’appliquer le traitement qu’il devrait, il va stabiliser votre classement ou le faire baisser et va analyser le comportement du webmaster. Si vous avez vu votre position baisser et que vous décidez après coup de rétablir la version de votre contenu telle qu’elle était avant pour obtenir au moins la position 4, alors le transition rank va faire baisser votre page dans les fins fonds des SERP. Pourquoi ? Parce que cela veut dire que vous écrivez du contenu pour l’algorithme de classement de Google et non pour les internautes, ce qui est contraire à leurs Guidelines. En revanche, si personne ne change le contenu, alors le moteur va finalement vous faire obtenir le classement que vous méritiez.

Le brevet juste au dessus décrit ce processus : « choix de la position intermédiaire » (830). Ensuite il décide de la forme du transitions to rank, « est-ce que c’est soudain ou continu ? » puis il finit par observer le comportement du webmaster.

Voici une autre image, en l’occurrence une courbe, issue du brevet :

La courbe classique du positionnement d'une page sur les résultats de recherche Google

Cette courbe décrit le positionnement d’une page simpliste. C’est ce qui se passe dans un monde idéal, ce n’est pas la réalité des faits.

L’axe y décrit une modification positive du classement. L’axe x indique l’amélioration dans le classement par rapport au temps qui passe.

L’idée de cet algo est de temporiser l’effet positif des changements SEO pour voir si un rollback est effectué concernant le site par son propriétaire.

S’il y a un rolleback, c’est le signe d’un SEO borderline ou d’un spammer.

Voici à quoi ressemble une courbe naturelle, une courbe basique :

La courbe classique du classement d'une page sans Transition to Rank

En fonction du niveau d’agressivité des modifications, la transition du changement de position influera. Ici, les modifications ne sont pas très agressives, alors il y a une légère transition « continue » dans les classements du moteur.

Par contre si vous y allez un peu trop fort, voici la courbe que cela pourrait donner :

Courbe de classement d'une page lorsqu'elle rentre dans l'algorithme du Learning to Rank

Le moteur commence par dégrader votre positionnement. Puis à un moment donné, si aucune modification n’a été apportée à la page et qu’il n’a pas de signal qui semble que vous soyez un manipulateur, il va finalement se dire que cette nouvelle rédaction de contenu faite de manière un peu offensive est probablement légitime. Alors il commence à augmenter votre position au fur et à mesure.

Si vous êtes référenceur et que vous avez optimisé votre contenu, par exemple en obtenant un score d’optimisation de mots-clés présents dans votre texte, si vous ne faites rien et que vous tombez dans les classements, vous finirez par y remonter tout en obtenant un meilleur score qu’au départ. Si par contre à un moment donné vous décidez de revenir en arrière pour vous faire pardonner, c’est pire. Google vous détecte comme un spammeur, et si vous le faites plusieurs fois pour vos articles, vous pourriez être pénalisé de manière large.

Extrait du brevet de Google sur le Transition to Rank
Un autre extrait du brevet de Google sur le Transition to Rank
Extrait du brevet de Google sur le Transition to Rank décrivant précisément les optimisations SEO qui le déclenche

Ici, Google précise que les techniques peuvent être diverses et variées, le keyword stuffing, donc l’ajout de mot-clé pour paraître plus pertinent et d’autres. En fait, le transition rank est un algo additionnel aux algorithmes anti-spam. Lorsqu’un contenu amélioré est détecté et que les filtres anti-spam n’ont pas détecté ou n’ont pas pu être certains d’avoir détecté une manipulation, alors le transition rank entre en scène comme une autre vérification.

Si vous pensez que le transition rank vous impacte, que devez-vous faire ? Eh bien, ne faites rien. Si le contenu est véritablement devenu mauvais, compter au minimum 90 jours avant de le modifier, surtout si vous savez que vous y avez ajouté des optimisations de référencement.

Auteur

Stan De Jesus Oliveira
Propriétaire et fondateur de createur2site

Stan De Jesus Oliveira est le propriétaire de createur2site, il accompagne les entreprises dans leur création de site web, le Web Design et le référencement naturel SEO.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.